L’importance de la précocité de la prise en charge orthophonique

L’orthophoniste est encore aujourd’hui, malheureusement, souvent considéré comme un simple «rééducateur du langage oral», qui corrige les troubles d’articulation et de langage.

Pourtant l’orthophoniste est un thérapeute de la communication au sens large. Il peut intervenir avant la constitution du langage. Et heureusement, car certains enfants autistes ne développeront jamais de langage verbal. Cela ne les empêche cependant pas de communiquer. Le travail de l’orthophoniste consiste alors davantage en une «éducation» à la communication qu’en une «rééducation».

Le caractère indispensable de la précocité d’une prise en charge de la communication s’appuie sur des notions scientifiques :

  • la notion de plasticité cérébrale : des études ont montré que certaines zones du cerveau sont capables de se modifier par l’expérience et les apprentissages. Cela signifie que les expériences peuvent changer la structure anatomique du cerveau, mais aussi sa physiologie. Cette plasticité cérébrale serait plus importante au début de la vie et pendant l’enfance, mais resterait exploitable tout au long de la vie (par exemple après une lésion cérébrale due à un traumatisme crânien ou un AVC)
  • la notion de stabilisation sélective des synapses : en réponse aux stimulations reçues, des connexions entre neurones (les synapses) seraient sélectionnées, et d’autres, non utilisées, éliminées. Autrement dit, l’activité du cerveau, et donc les stimulations et apprentissages qu’on lui apporte, entraîne la stabilisation ou l’élimination des synapses qu’il contient. Il paraît donc primordial d’activer précocément certaines zones qui ne le seraient pas à cause de l’autisme, pour éviter la destruction de synapses.
  • la notion de périodes sensibles : pour chaque grande fonction, il existe une période dite « sensible » durant laquelle l’apprentissage se fait de façon bien plus efficace. En effet, pendant cette période sensible, l’enfant a à sa disposition tous les éléments nécessaires pour assurer l’apprentissage nouveau et développe ainsi pour cette nouvelle découverte un très grand intérêt. La période sensible du langage semble se situer entre 6 mois et 3 ans. En terme de prise en charge, en intervenant durant la période sensible, on pourra aider l’enfant à développer cette fonction.

Les études montrent que la prise en charge précoce modifie le développement des enfants avec TED. Elles rapportent des gains significatifs au niveau du QI, une amélioration des comportements sociaux et de communication, et une diminution des symptômes autistiques.

Dès les premiers signes montrant que la communication de l’enfant ne se développe pas convenablement, il est essentiel de consulter un orthophoniste, pour effectuer un bilan, avant même d’envisager un diagnostic médical.

Dans le meilleur des cas, le praticien rassurera les parents sur l’évolution de leur enfant. Si des éléments sont inquiétants, il pourra commencer une prise en charge, une «éducation» à la communication en partenariat avec les parents, pour pallier le plus précocément possible les troubles induits par la pathologie.

Laisser un commentaire