Les pré-requis à la communication

Tout d’abord, je dois commencer en disant que pré-requis n’est pas le bon terme, mais je n’en ai pas trouvé d’autres. Il laisse entendre que si les compétences dont je vais vous parler aujourd’hui ne sont pas acquises, la communication ne pourra pas émerger. Ce qui est incorrect bien sûr.

Je vais donc détailler ici des compétences, des outils qui sont importants à acquérir, et à travailler s’ils ne sont pas acquis, pour améliorer la communication, la rendre plus efficiente et fonctionnelle, augmenter les interactions, ouvrir la personne avec autisme à son environnement.

Le travail de ces compétences peut tout à fait se faire en parallèle d’une mise en place de communication alternative comme les signes ou les images. Je détaillerai dans de prochains articles des idées pour travailler ces compétences.

  • Le regard et l’attention visuelle

regarder

Ils comprennent :

– la réaction aux stimuli visuels : lumière, objets appréciés, nourriture, visages des proches

– l’orientation de la tête pour rechercher ces stimuli visuels

– la poursuite oculaire dans toutes les directions : haut, bas, gauche, droite, en tournant, en se rapprochant et en s’éloignant

– les appariements visuels : objet/objet, image/image, objet/image

  • Les jeux de coucou-caché

Ce sont les réactions à une situation d’apparition/disparition, puis l’appropriation de cette situation par imitation afin de la reproduire spontanément. Ces jeux constituent les prémices de la permanence de l’objet.

  • Les manipulations d’objets

cubes

La constance perceptive, qui consiste à identifier un objet comme étant toujours le même, peu importent les transformations perceptives (changement de localisation spatiale, d’orientation, d’inclinaison) permet également de construire la permanence de l’objet.

On peut ainsi mettre en place toutes sortes d’activités de manipulations d’objets, afin de construire ces compétences : vider, remplir, transvaser, jeter, faire rouler, aligner, comparer, trier, attraper, encastrer, reconstituer, enfiler, placer…

  • La permanence de l’objet

C’est la connaissance qu’un objet peut exister, même s’il n’est pas perçu : si on ne le voit pas, ne l’entend pas, ne le sent pas… Un objet peut disparaître de notre perception, mais néanmoins continuer à exister, et pourra donc réapparaître.

  • L’attention auditive 

écouter

Elle comprend :

– la réaction aux stimuli auditifs : prénom, sons, musique, bruits familiers

– l’orientation de la tête pour rechercher ces stimuli auditifs

– les appariements auditifs : son/son, son/objet, son/image

  • L’attention conjointe

Il s’agit de regarder un objet, puis une personne, puis d’alterner entre les deux pour manifester son intérêt de l’objet et attirer l’attention de la personne sur cet objet. A l’inverse, c’est également regarder ce qu’une autre personne regarde (ou pointe) pour communiquer à propos d’un objet.

  • L’imitation

On pense à tous les modes d’imitations : motrice, de mimiques, d’utilisation d’objets, vocale, verbale…

-> Quelques idées pour travailler l’imitation ici

  • Le pointage

pointer

C’est un geste social et référentiel. On distingue :

– le pointage proto-impératif, dont le but est d’obtenir un objet hors d’atteinte, et donc équivalent à une demande d’aide

– le pointage proto-déclaratif, dont le but est de susciter un commentaire de l’interlocuteur à propos de cet objet et donc équivalent à une demande de dénomination

– le pointage informatif, dont le but est d’informer l’autre sur la position d’un objet, en réponse à la question « où est-il ? »

  • Le tour de rôle

Comme dans une conversation, où l’une des règles est le tour de parole, le tour de rôle est important à acquérir dans un jeu. Il comprend la prise en compte de l’autre personne, la présence d’un jeu d’échange, l’entrée en interaction, l’alternance des actions « à toi, à moi… ».

  • Le jeu

jeu société

Le jeu est également une compétence très importante, et pour les enfants avec autisme c’est souvent une compétence à acquérir : jeu en autonomie, jeu à plusieurs, jeu de manipulations, jeu de faire semblant, jeu avec des règles,…

  • Le faire semblant ou jeu symbolique

Dans le jeu symbolique, les objets utilisés servent de symboles pour représenter les objets absents : par exemple, utiliser un stylo pour nourrir une poupée et faire « comme si » c’était un biberon, ou faire semblant qu’une peluche mange des billes en disant « mmh les frites sont bonnes »… Ces objets ne sont pas ici utilisés pour leur fonction propre mais utilisés en substitution à d’autres objets adaptés.

5 Commentaires

  • Pingback: Ortho | Pearltrees

  • Pingback: Celinelineline17 | Pearltrees

  • Azur
    1 décembre 2014 - 11 h 45 min | Permalien

    Bonjour
    Est-ce que vous présentez les pré-requis dans leur ordre d’importance?
    Si non, selon vous, quels sont les premiers à travailler chez un enfant qui n’en a aucun?

    • admin
      2 décembre 2014 - 16 h 29 min | Permalien

      non ils ne sont pas classés ici par ordre d’importance. Les axes prioritaires à travailler (mais bien sûr cela dépend de l’âge et des objectifs pour le patient) sont le jeu, le regard et l’attention conjointe, et l’imitation, en parallèle à la mise en place des demandes et au développement de la compréhension verbale.

  • Prudhon Emmanuelle
    26 octobre 2015 - 22 h 12 min | Permalien

    Compétences socles plutôt que pré requis ?

  • Laisser un commentaire