Le bilan orthophonique de l’enfant non verbal

Après avoir recueilli auprès des parents des informations sur le développement et le fonctionnement actuel de leur enfant pendant l’anamnèse, l’orthophoniste s’attache à évaluer les capacités de communication de l’enfant : comment et pourquoi communique-t-il ? Cette évaluation peut se faire en présence des parents si cela ne perturbe pas l’enfant. Elle s’effectue sous forme de jeu spontané, ou semi-dirigé le plus souvent.

Pour ma part, je filme l’évaluation, pour pouvoir l’analyser ensuite. Il est en effet difficile de pouvoir en même temps mener les échanges avec l’enfant, être dans l’interaction, et observer la situation tout en prenant des notes. Je visionne ensuite la vidéo pour rédiger le compte-rendu, et souvent je m’aperçois que beaucoup d’éléments m’ont échappés au moment de l’évaluation.

Le bilan peut être effectué en plusieurs fois en fonction de la fatigabilité et des fluctuations d’attention.

Connaissant les étapes du développement normal de la communication et du langage, l’orthophoniste propose des activités permettant de situer le niveau de l’enfant, ses acquisitions et ses déficits.

Il sélectionne parmi les batteries, les épreuves, les grilles d’observation spécifiques qu’il a à sa disposition pour construire son évaluation et apprécier au mieux les compétences de l’enfant. Il s’adapte à ce qu’il a pu cerner pendant l’anamnèse, en privilégiant des outils en rapport avec l’âge de développement de l’enfant et non son âge chronologique.

Dans le cas d’un enfant non verbal, l’orthophoniste observe :

L’acquisition et l’utilisation des compétences socles, pré-requis à l’émergence de la communication

  • dans le domaine sensoriel

– au niveau visuel : contact oculaire, poursuite visuelle, sensibilité à la lumière

– au niveau auditif : réaction au son, au prénom, aux bruits, orientation vers ces stimuli

– hypo ou hypersensibilité, envahissement par certains stimuli

  • dans le domaine moteur

– instabilité motrice

– stéréotypies motrices

– motricité bucco-faciale

  • dans le domaine du rapport aux autres

– le comportement pendant un jeu de coucou

– le tour de rôle avec un échange de balle

– la demande d’objet ou d’action, suffisamment motivant pour l’enfant

– l’attention conjointe

– le pointage

– l’imitation d’un geste, d’un bruit, d’un son

  • dans le domaine du rapport aux objets :

– la permanence de l’objet

– l’utilisation de petits jouets, personnages

– la présence de jeu symbolique

– le faire semblant avec des objets sociaux

– les appariements avec des objets, des images, des photos, des pictos

  • dans le domaine de la compréhension

– la compréhension contextuelle, en situation connue

– la compréhension de gestes symboliques (au revoir, bravo…)

– la compréhension de signes (LSF, Makaton)

– la compréhension verbale hors contexte (de mots, de prénoms, de phrases, de parties du corps)

  • dans le domaine de l’expression non orale

– les manifestations expressives globales : regard, mimique, toucher, posture

– l’expression gestuelle : gestes symboliques, conventionnels ou non, signes

– la désignation ou la demande par pictogramme : pointage, échange d’images

  • dans le domaine de l’expression orale

– les possibilités vocales : sons, vocalises, onomatopées, changement d’intonation

– les possibilités verbales : présence de mots, spontanément, sur dénomination ou sur imitation

Les fonctions de communication

Il est également important d’évaluer ce que l’enfant fait de ses moyens de communication,  c’est-à-dire s’il utilise des fonctions de la communication et dans quel but il cherche à communiquer. On observe si sa communication est intentionnelle (destinée à un interlocuteur) ou non (écholalie, vocalisations sans visée communicative), au moyen de grilles d’évaluation.

Parmi ces fonctions, on peut citer :

  • la demande d’objet
  • la demande d’action
  • la demande d’aide
  • la protestation
  • la demande d’information
  • le commentaire
  • la demande de permission
  • le comportement pour attirer l’attention sur soi

Ces fonctions peuvent émerger indépendamment du langage. En effet, un enfant peut être verbal, mais ne pas effectuer de demande, alors qu’un autre enfant, non verbal, se fera très bien comprendre (par exemple par le regard) pour obtenir un objet.

Les observations et les hypothèses issues de cette première rencontre sont souvent approfondies au fur et à mesure de la prise en charge.

Il faut noter qu’il s’agit d’une évaluation formelle, hors de l’environnement familier de l’enfant, avec une personne étrangère. Les difficultés de généralisation étant fréquentes dans les TED, les observations effectuées montrent parfois des compétences qui ne sont pas toujours reproductibles en dehors de ce contexte, ou au contraire des déficits dans des domaines où l’enfant réussit habituellement. Il se veut le meilleur reflet possible de l’enfant à un moment donné.

 

Retrouvez tous les articles concernant le bilan orthophonique ici.

Laisser un commentaire