La VB-MAPP – partie 2

La partie 1 décrivant le contenu de l’outil est disponible ici.

Je reviens vous parler de la VB-MAPP aujourd’hui, afin d’aborder quelques points complémentaires, notamment les conditions de passation de cet outil d’évaluation, les pré-requis que l’évaluateur doit posséder, et la pertinence de l’outil pour orienter les objectifs de travail.

image VB MAPP

  • Conditions de passation

La passation de la VB-MAPP peut se faire de différentes façons. Voilà comment je procède pour ma part.

Dans le cas d’une évaluation avec un patient que je connais déjà

Je peux remplir la plupart des jalons seule. Pour les domaines que je connais moins (souvent les comportements en classe et la façon dont l’enfant interagit avec les autres enfants), je demande aux parents, à l’AVS, à l’enseignant. Après ça, il me reste quelques jalons que je dois évaluer en situation réelle :

– soit parce qu’il y a une contrainte temporelle (par exemple « nomme spontanément 2 items différents, sans guidance verbale, en 60 minutes »)

– soit parce qu’il y a une contrainte quantitative (par exemple « nomme 50 combinaisons nom-verbe ou verbe-nom »)

Je prépare donc le matériel, et j’évalue sur une ou plusieurs séances.

Dans le cas d’une évaluation avec un patient que je rencontre pour la 1ère fois et pour lequel nous mettons en place une prise en charge

Lors de l’anamnèse et de la première rencontre avec les parents, je « débroussaille » le terrain. Mes questions sur les compétences de communication me permettent de savoir si la passation de la VB-MAPP est pertinente, et si c’est le cas de situer approximativement le niveau (1, 2 ou 3). Je commence ensuite à travailler avec le patient, sur les créneaux horaires que nous avons défini. J’évalue ses renforçateurs, je fais mon pairing, je l’observe beaucoup, je ne pose pas encore trop de consignes car je veux surtout me rendre agréable. Ces premières séances me permettent de remplir une bonne partie des jalons. Je contacte l’enseignant, l’AVS, j’échange avec les parents sur les domaines que je ne peux évaluer. Puis progressivement, j’évalue le reste des jalons. La passation s’étale donc sur plusieurs semaines, mais je pense que c’est indispensable pour avoir une idée précise des compétences, d’autant que j’effectue mon pairing en même temps et que nous construisons les bases d’une bonne relation.

Dans le cas d’une évaluation avec un patient que je rencontre pour la 1ère fois et que je veux seulement évaluer (au moins dans un premier temps)

C’est le cas le plus difficile, car je vais devoir poser des consignes à l’enfant alors qu’il ne me connaît pas, et qu’il ne sera donc peut-être pas coopérant. Je fais toujours une anamnèse très approfondie, pour avoir déjà le maximum d’éléments. Je me renseigne sur les renforçateurs auprès des parents, pour mettre toutes les chances de mon côté. J’évalue par session de 2 heures environ. En moyenne, la passation de chaque niveau dure 2 heures, c’est-à-dire que pour un enfant qui se situe au niveau 3 elle dure environ 6 heures.

Plus l’enfant est avancé, plus la passation prend du temps. Pour un enfant avec un niveau de communication très faible, cela peut être très rapide.

Je filme les évaluations. L’idéal est d’être à 2, pour pouvoir se relayer, pour que l’un note pendant que l’autre travaille avec l’enfant

  • Pré requis de l’évaluateur

La VB MAPP est assez facile à utiliser, les jalons sont bien détaillés. Cependant, il faut avoir des bases en analyse du comportement, et notamment connaître les opérants verbaux. Par ailleurs, comme l’idée n’est pas seulement d’évaluer, mais d’utiliser l’évaluation pour dégager les objectifs et élaborer le programme de la prise en charge, il me paraît évident qu’il faut une formation minimale à l’ABA. Cette formation peut passer par des lectures, des formations (et ici aussi !), des stages chez des personnes formées à cet outil.

N’hésitez pas à consulter aussi cette page, et celle-ci, qui contiennent pas mal d’informations.

  • Pertinence

Pour finir, ce qui est vraiment très intéressant avec cet outil, c’est qu’il nous fournit des objectifs « clés en main ». Une fois que l’on a renseigné les jalons des compétences (ainsi que les obstacles et les possibilités d’orientation), les objectifs que nous allons travaillé apparaissent d’eux-mêmes. Etant donné qu’il est fondé sur le développement de l’enfant typique, il nous suffit de regarder les jalons qui sont après ceux que l’enfant possède, et ce sera nos objectifs de travail pour les semaines, mois à venir.

Par ailleurs, la partie « analyse des tâches » de l’outil décompose les jalons en plusieurs sous-étapes, ce qui permet de se fixer des mini-objectifs, et d’avancer très progressivement, dans chacun des domaines.

 

Laisser un commentaire