Archives de la catégorie: Le bilan orthophonique

La VB-MAPP – partie 2

La partie 1 décrivant le contenu de l’outil est disponible ici. Je reviens vous parler de la VB-MAPP aujourd’hui, afin d’aborder quelques points complémentaires, notamment les conditions de passation de cet outil d’évaluation, les pré-requis que l’évaluateur doit posséder, et la pertinence de l’outil pour orienter les objectifs de travail. Conditions de passation La passation lire la suite »

La VB-MAPP – partie 1

La VB-MAPP (Verbal Behavior – Milestones Assessment and Placement Program) est un outil d’évaluation des compétences, qui sert également de guide pour la mise en place des programmes éducatifs. Elle a été élaborée par Mark Sundberg et se base sur les principes de l’ABA-VB.

Elle peut être proposée à toute personne présentant des troubles du langage, quels que soient son âge et son diagnostic.

Je vais vous parler aujourd’hui de son contenu, et je ferai un prochain article sur sa pertinence, les pré-requis pour l’utiliser et mon avis. EDIT : LA PARTIE 2 EST ICI !

Il y a 3 parties pour l’évaluation : l’évaluation des compétences dans différents domaines (appelés les jalons), l’évaluation des barrières (les obstacles qui peuvent entraver les apprentissages et la progression du langage), et l’évaluation des possibilités d’orientation.

La partie évaluation est suivie d’une partie importante sur le développement du curriculum, c’est-à-dire sur ce qu’il faut travailler en fonction des résultats à l’évaluation, avec des niveaux très progressifs et des objectifs pouvant apparaître dans le PEI (ou le bilan orthophonique).

image VB MAPP

  • Evaluation des compétences

Il y a 3 niveaux :

– le niveau 1, qui correspond à un âge développemental de 0-18 mois

– le niveau 2 , 18-30 mois

– le niveau 3, 30-48 mois

16 jalons (ou domaines de compétences) sont évalués. Certains sont évalués dans les 3 niveaux (avec des degrés de complexité croissants), d’autres dans un seul ou 2 niveaux. Pour chaque jalon, il y a une suite d’affirmation et on doit seulement coter si l’enfant a cette compétence (1) ou non (0), avec la possibilité de coter également 0,5.

Ces domaines sont :

– le mand : les demandes que fait l’enfant quand il veut quelque chose. ex : « bonbon », « je veux jouer au trampoline », signer câlin, donner en PECS® l’image du livre… C’est une étape très importante pour le développement du langage et les interactions. J’en ai par ailleurs parlé ici, ici et ici.

– le tact : ce terme vient de « contact avec l’environnement ». Il s’agit des dénominations et commentaires sur ce que l’on voit, entend, sent… ex : « oh un avion », « ça sent bon »…

– l’intraverbal : il s’agit de produire un comportement verbal en l’absence de la chose ou de l’activité dont on parle. ex : on mange avec une… « fourchette », décrire une activité que l’on a faite avant, raconter une histoire sans l’avoir sous les yeux…

– l’échoïque : c’est la capacité à répéter des sons, des mots, des phrases.

– l’imitation motrice : c’est la capacité à reproduire des gestes sur consigne « fais ça »

– le textuel : il s’agit de la lecture, sans faire intervenir le facteur de la compréhension. ex : voir écrit le mot livre et dire « livre ».

– la transcription et copie d’un texte

– les réponses de l’auditeur : il s’agit de comprendre des énoncés oraux pour effectuer une action, suivre une consigne, ou choisir un item parmi d’autres. ex : touche ton nez, allume la lumière, montre le chien, saute

– les réponses de l’auditeur sur les fonctions, caractéristiques et catégories : il s’agit toujours de compréhension d’un énoncé, mais portant sur une fonction (« prends ce qui coupe »), une caractéristique (« montre le grand ») ou une catégorie (« touche l’animal »).

– la perception visuelle et l’appariement : ce sont des tâches de discrimination visuelle, de séquences, d’appariement.

– le jeu en autonomie : on évalue comment l’enfant peut jouer seul et y trouver du plaisir.

– le comportement social et le jeu social : ce sont les interactions avec les autres, le jeu de rôle, le faire-semblant…

– le comportements vocal spontané :  ce sont les babillages et les jeux vocaux.

– les routines de classe et compétences de groupe : ces items évaluent des compétences comme l’imitation des pairs, suivre des instructions données au groupe, être autonome dans la classe.

– la structure linguistique : cela concerne la nature de la production verbale et son degré de développement (au niveau lexical, syntaxique, articulatoire).

– les mathématiques : il s’agit d’évaluer l’acquisition de compétences de dénombrement, d’appariement de quantités,…

Tous ces domaines sont évalués soit en questionnant les personnes qui connaissent bien l’enfant, soit en l’évaluant directement.

Voici par exemple le jalon des tacts pour le niveau 1 :tact niv 1

Quand on a évalué tous les items, on les reporte dans ce type de tableau, qui permet de voir concrètement les disparités entre les jalons, et donc les objectifs prioritaires de prise en charge :

tableau VB MAPP

Par exemple, pour ce type de profil, on travaillera en priorité les demandes et le comportement social, en s’appuyant sur les bonnes compétences en jeu et en échoïque.

  • Evaluation des barrières

L’outil recense 24 obstacles qui peuvent constituer des freins aux acquisitions d’un enfant. Dans la prise en charge qui suivre l’évaluation, il faudra donc tenir compte de ces obstacles, et l’objectif sera de développer les compétences en diminuant les obstacles. Les 2 sont d’ailleurs souvent reliés, comme sont reliés les troubles du comportement et l’absence de moyen de communication par exemple.

Pour chaque obstacle, il y a 5 degrés possibles, du moins au plus important. Il faut choisir entre les 5 affirmations celle qui correspond à l’enfant.

Ces obstacles sont :

– comportements problèmes

– contrôle instructionnel

– répertoire de mands absent, faible ou défectueux

– répertoire de tacts absent, faible ou défectueux

– imitation motrice absente, faible ou défectueuse

– répertoire d’échoïques absent, faible ou défectueux

– compétences de perception visuelles et d’appariements absentes, faibles ou défectueuses

– répertoire de l’auditeur absent, faible ou défectueux

– répertoire intraverbal absent, faible ou défectueux

– compétences sociales absentes, faibles ou défectueuses

– dépendance à la guidance

– défilement des réponses

– compétences d’exploration visuelle défectueuses

– échec des discriminations conditionnelles

– échec de la généralisation

– opérations motivationnelles faibles ou atypiques (OM)

– affaiblissement des OM par les consignes

– dépendance aux renforçateurs

– autostimulation

– problèmes d’articulation

– comportements obsessionnels compulsifs

– hyperactivité

– échec à établir un contact oculaire ou être attentif aux personnes

– défensivité sensorielle

Voici par exemple les degrés pour l’obstacle « comportements problèmes » :

obstacle comp pb

Et le tableau qui récapitule les degrés d’importance des obstacles, pour avoir un regard d’ensemble et prioriser les objectifs :

tableau obstacles

  • Evaluation des possibilités d’orientation

18 domaines sont identifiés pour fournir les éléments nécessaires au choix d’une orientation scolaire, répartis en 3 catégories :

– la première (la plus importante) couvre les capacités de langage, les compétences sociales, l’autonomie académique, et l’existence d’obstacles potentiels aux apprentissages et au langage

– la deuxième couvre le mode d’apprentissage de l’enfant

– la troisième couvre l’hygiène, la spontanéité et l’autonomie.

Là encore, pour les 18 items, il s’agit de choisir entre 5 affirmations celle qui correspond à l’enfant.

Ces items se veulent objectifs, et doivent permettre d’engager une réflexion sur le type de scolarisation à préférer : classique, intégration, inclusion, orientation en structure, accompagnement plus ou moins intensif…

  • Se procurer la VB-MAPP

Pour utiliser la VB-MAPP, il est évident qu’il faut avoir une formation de base en ABA-VB. Je vous parlerai des pré-requis dans un prochain article. Mais cela en vaut la peine car c’est un outil exceptionnel.

L’outil est composé d’un guide et d’un protocole. Il n’y a pas de matériel spécifique à posséder en plus (par exemple des images particulières comme dans les tests orthophoniques), seulement des jouets ou images que l’on peut trouver dans tous les cabinets.

Il est maintenant traduit en français, disponible aux éditions De Boeck.

N’hésitez pas à vos questions dans les commentaires, j’y répondrai avec plaisir !

Les outils d’évaluation (4) : un outil d’aide au choix de la CAA

Je vous parlais il y a peu de temps de l’ouvrage « Essential for Living », de Patrick McGreevy.

  • Contenu du livre

efl

– un outil d’évaluation des compétences fonctionnelles, notamment des 8 essentielles (celles qui sont indispensables à avoir pour vivre en société)

– un outil d’évaluation de la CAA la plus adaptée

– des protocoles d’enseignement des compétences fonctionnelles, classées en « obligatoires » (must have), « importantes » (should have), « utiles » (good to have) et « agréables » (nice to have).

Il est destiné aux enfants et adultes avec déficits modérés à sévères. Il ne se situe pas dans une approche développementale, mais fonctionnelle.

Vous pouvez trouver ici des informations sur cet ouvrage, qui est en anglais et compte environ 290 pages.

Je vais vous parler aujourd’hui de l’outil d’aide au choix de la CAA la plus adaptée.

  • Méthodes de communication alternative

Les auteurs commencent par lister 46 moyens de communication alternative, réparties en :

– « topography based response forms » : réponses spécifiques pour chaque mot, comme les signes, les gestes, les mots écrits, les sons…

– « selection based response forms » : réponses non spécifiques pour chaque mot, comme le pointage gestuel, visuel, l’utilisation d’une synthèse vocale, du PECS®

AMS

  • Profils vocaux

Ils présentent ensuite 6 profils vocaux :

– profil 1 : interactions typiques avec mots oralisés et répétitions contrôlées des mots oralisés

– profil 2 : répétitions contrôlées ou incontrôlées de mots oralisés

– profil 3 : mots occasionnels

– profil 4 : répétitions contrôlées ou incontrôlées de mots incompréhensibles

– profil 5 : mots occasionnels incompréhensibles

– profil 6 : bruits, sons, syllabes

Les auteurs considèrent que les personnes avec TED qui, après une période raisonnable de temps et de prise en charge adaptée, n’ont pas atteint les profils vocaux 1 ou 2 devraient se voir proposer une méthode alternative de communication.

  • Choix de la méthode alternative de communication

Il se fait sur plusieurs critères :

– les capacités physiques

– le nombre de personnes avec lesquelles la personne communique

– la facilité avec laquelle la méthode peut être enseignée par les intervenants, les parents, les thérapeutes

– le potentiel avec lequel cette méthode peut amener à un langage élaboré

Les auteurs insistent sur le fait que, souvent, une méthode de communication alternative est enseignée, puis abandonnée pour une autre, et ce parfois plusieurs fois au cours de la vie, pour différentes raisons : entourage non formé, changement d’établissement, impossibilité de faire évoluer suffisamment la méthode,… Cet outil a donc été créé pour choisir objectivement la méthode la plus adaptée à la personne.

  • L’outil

Il s’agit tout d’abord de cocher parmi les cases suivantes celles qui correspondent à la personne :

répertoire compétences

– peut entendre

– peut voir

– ne peut pas entendre

– ne peut pas voir

– ne peut ni voir ni entendre

– peut se déplacer

– ne peut pas se déplacer

– actif

– inactif

– motricité fine possible

– motricité fine limitée ou impossible

– imitation motrice possible

– imitation motrice limitée ou impossible

– appariement visuel possible

– appariement visuel limité ou impossible

– troubles du comportement importants

– troubles du comportement limités ou inexistants

L’ouvrage contient une feuille transparente, sur laquelle on peut cocher ces cases. Il s’agit ensuite de la superposer à des tableaux correspondants aux 46 méthodes de communication alternative :

tableau signes

Le choix de la méthode de communication alternative la plus adaptée repose sur la correspondance la plus large entre les compétences de la personne et les spécificités de la méthode, ainsi que sur la fonctionnalité de la méthode, que l’on voudra la plus proche possible de la parole, c’est-à-dire avec un maximum de critères communs (comme la portabilité, l’effort et la complexité minimums, la possibilité de conversations…).

avantages parole

  •  Avis

C’est un outil vraiment très intéressant, qui gagnerait à être connu davantage. L’intérêt est qu’il s’appuie sur des compétences objectives et une méthodologie rigoureuse.

« Essential for Living » est disponible ici.

Les outils d’évaluation (3) : les compétences fonctionnelles

Je ne parle ici que des outils d’évaluation que j’utilise et que je maîtrise. N’hésitez pas à indiquer dans les commentaires ceux que vous utilisez, ou à me contacter pour compléter l’article.

Les outils d’évaluation (2) : le dépistage

Je ne parle ici que des outils d’évaluation que j’utilise et que je maîtrise. N’hésitez pas à indiquer dans les commentaires ceux que vous utilisez, ou à me contacter pour compléter l’article.