Analyser un comportement

Les comportements observés chez une personne peuvent être classés en 2 catégories : les comportements adaptés (ceux que l’on souhaite voir chez la personne) et les comportements inadaptés (que l’on ne souhaite pas voir). Afin de pouvoir faire perdurer ou augmenter les comportements adaptés, et de pouvoir réduire les comportements inadaptés, il est nécessaire de savoir les analyser pour agir en conséquence.

Il ne s’agit pas d’attribuer la faute d’un comportement inadapté à quelqu’un, mais de se poser les bonnes questions pour changer l’environnement.

Pour comprendre pourquoi un comportement apparaît, il faut le placer dans son contexte : que se passe-t-il avant ? que se passe-t-il après ?

Afin d’analyser le comportement, il nous faut trouver les antécédents et les conséquences, nous appelons cela le schéma ABC.

abc

A représente l’antécédent : tous les événements, stimuli qui précédent le comportement

B représente le comportement (behavior) : c’est ce que fait la personne. Un comportement est observable (à décrire en termes objectifs) et mesurable (durée, fréquence, intensité). Par exemple on ne dit pas «Pierre est méchant» mais «il a crié 3 fois en une heure, il tape ses camarades pendant la récréation». On ne dit pas «Pierre a bien travaillé» mais «il a réussi 5 appariements images-images sur 5 et réussit 10 encastrements de formes sans guidance».

C représente la conséquence : tous les événements, stimuli qui suivent immédiatement le comportement.

Par exemple :

A un enfant voit un ballon

B il dit «ballon»

C il obtient le ballon

 

A un enfant voit des bonbons au supermarché

B il crie et se roule par terre

C sa mère, gênée de ce comportement dans un lieu public, lui achète les bonbons

 

A un puzzle est proposé à un enfant

B il crie et jette les pièces

C le puzzle lui est retiré

 

A la maman d’un enfant part le matin travailler

B l’enfant resté à la maison se met à pleurer et à crier

C son papa le prend dans ses bras et lui fait un câlin

 

A un appariement est présenté à un enfant

B il réussit l’appariement sans guidance

C il est chaleureusement félicité

 

Les principales fonctions des comportements inadaptés sont les suivantes :

  • médical : douleur
  • obtenir quelque chose : un objet, de l’attention
  • éviter quelque chose : une tâche difficile ou inintéressante
  • autostimulation (qui est aussi souvent de l’évitement, les stéréotypies veulent souvent dire «laisse-moi tranquille).

 

Un comportement suivi de quelque chose d’agréable aura tendance à se reproduire.

Un comportement suivi de quelque chose de désagréable aura tendance à apparaître moins souvent et même à disparaître.

Il nous faut donc renforcer les comportements adaptés avec des renforçateurs propres à chaque personne, et ne pas renforcer les comportements inadaptés.

Ces analyses ne sont bien sûr pas seulement valables pour les comportements des personnes avec autisme, mais pour tous nos comportements, au quotidien :

A je suis employé dans une entreprise

B je fais correctement mon travail, j’y vais à l’heure et je remplis mes objectifs

C je reçois un salaire à la fin du mois

 

A je suis en retard

B je roule trop vite

C j’ai une amende

 

A j’ai un rendez-vous galant

B je m’habille élégamment

C je reçois des compliments

Pensez-vous à analyser les comportements lors de vos séances ? Renforcez-vous les comportements adaptés, et non les comportements inadaptés ;-) ?

3 Commentaires

  • WIBRATTE
    7 mai 2014 - 13 h 49 min | Permalien

    Bravo ! Et merci merci ! Peut-être que ces façons de réfléchir vont enfin se développer dans le milieu orthophonique. J’ai hâââte ! Merci d’y contribuer en tous cas. Tes compétences crédibilisent la profession toute entière. Merci.

    • admin
      7 mai 2014 - 14 h 01 min | Permalien

      merci à toi Florence pour ce petit mot !

  • Pingback: Autisme et Orthophonie » L’analyse fonctionnelle

  • Répondre à admin Annuler la réponse.