Quand choisir un mode de communication alternatif ?

Dans ma pratique avec les enfants que je rencontre, et dans les échanges que j’ai avec des collègues orthophonistes, il y a un questionnement qui se pose très souvent : quand doit-on mettre en place un outil de communication alternative ?

Je vous livre aujourd’hui quelques pistes, fruits de mes réflexions, expériences, formations et supervisions. J’ai choisi de vous les présenter sous forme d’études de cas.

N’hésitez pas à échanger dans les commentaires, si vous avez d’autres cas à soumettre, ou à me solliciter pour un entretien.

Unknown

Cas 1

Il s’agit d’un enfant de 3 ans, qui n’a pas encore bénéficié d’une intervention orthophonique. Il peut dire quelques sons isolés, quelques syllabes. Il vocalise spontanément et peut imiter les sons s’il les possède dans son répertoire.

Cet enfant a un profil vocal 1. Il n’aura pas besoin dans un premier temps d’outil de CAA pour s’exprimer, d’autant plus qu’il est jeune et qu’il n’a jamais eu d’intervention spécifique. L’accent doit être mis sur l’apprentissage de l’oral, et refaire le point dans 6 mois pour apprécier l’évolution de la fonctionnalité de sa communication.

Cas 2

C’est un enfant de 6 ans, qui a une prise en charge depuis 2 ans. Après ces 2 années de travail, il vocalise spontanément quelques mots ou approximations de mots mais peu fréquemment, il imite les gestes mais pas les sons, il se fait comprendre chez lui et se sert seul.

Cet enfant a un profil vocal 5. Il est urgent de mettre en place un outil de CAA, d’une part car son profil vocal ne lui permet pas de se faire comprendre, d’autre part parce qu’il a déjà 6 ans, et enfin car l’intervention spécifique n’a pas suffi à faire apparaître le langage oral.

Cas 3

C’est un enfant de 7 ans, il est suivi depuis 1 an dans une structure qui pratique l’ABA-VB. Avant cela, il a eu une prise en charge orthophonique pendant 1 an, où le PECS a été mis en place. L’enfant utilisait son classeur de façon satisfaisante pour faire des demandes, mais l’établissement a retiré le classeur et travaille uniquement sur l’oral. Après un an dans la structure, il répète correctement des sons mais pas de syllabes, ne fait aucune demande orale spontanée, et a développé des troubles du comportement. Il continue d’utiliser son classeur correctement à la maison.

Cet enfant a un profil vocal 6. Après 2 années d’intervention spécifique, il ne peut se servir de l’oral pour s’exprimer. Il a donc besoin d’un outil de CAA, qu’il maîtrise par ailleurs. Il n’est pas normal de lui avoir supprimer son outil, qui était son moyen d’expression. Le PECS doit être remis à disposition dans tous ses lieux de vie en urgence. Le travail de répétition des sons peut être poursuivi, mais ne doit pas occuper la majorité du temps.

Cas 4

C’est un enfant de 5 ans. Il produit de nombreuses écholalies de mots et de petites phrases qu’il entend quand on s’adresse à lui. Il répète parfois sur consigne. Il présente des troubles de parole mais reste compréhensible. Il ne parle cependant pas spontanément, ni pour demander, ni pour faire des commentaires, et il ne répond pas aux questions. Il a commencé une prise en charge spécifique il y a 6 mois.

Cet enfant a un profil vocal 2. L’intervention doit avoir pour principal objectif de rendre fonctionnelle sa communication, en passant par l’oral, sans mettre en place d’outil de CAA dans un premier temps puisqu’il peut parler et répéter. Les procédures doivent être précises et mises en place dans tous ses lieux de vie.

Cas 5

C’est un adolescent de 13 ans. Il n’a jamais eu de prise en charge spécifique. Il ne produit que des grognements et des cris au niveau vocal, ne répète ni sons ni mots, se fait comprendre par quelques mimiques, gestes, crises, et se sert seul.

Cet adolescent a un profil vocal 6. Il est urgent et impératif de lui proposer un outil de CAA pour qu’il puisse communiquer a minima. L’intervention devra se focaliser sur la mise en place de cet outil, sa généralisation, et son utilisation fonctionnelle dans tous les lieux de vie.

Cas 6

C’est un enfant de 5 ans. Il n’a jamais eu de prise en charge orthophonique. Il dit quelques mots, mais manque de spontanéité car il ne fait presque pas de demandes et aucun commentaire. Il ne peut répéter de mots sur demande, et présente quelques écholalies différées.

Cet enfant présente un profil vocal 3. Comme il n’a jamais eu de prise en charge visant le développement de la communication, l’intervention devra avoir pour objectif d’augmenter le répertoire vocal et les capacités d’imitation. Si après 2-3 mois il n’y a pas d’amélioration, un outil de CAA devrait être mis en place pour lui, pour lui permettre de communiquer de façon fonctionnelle, pour faire des demandes plus fréquentes et plus variées.

2 Commentaires

  • Servane
    22 août 2016 - 20 h 49 min | Permalien

    Je rencontre des adultes atteints de handicap mental. Se pose la question pour les personnes qui peuvent parler, mais parfois qu’avec des mots-phrases, et / ou avec une intelligibilité très faible, et / ou alors manquent d’initiative pour prendre la parole. En ce cas, il semble intéressant de mettre en place une CAA (pour augmentative surtout), non? Cela aide à renforcer l’utilisation de l’oral ou cela risque de diminuer l’utilisation de l’oral?

    Merci pour vos cas pratiques, en références avec l’articles précédent sur les profils vocaux. En pratique, pas toujours évident de trouver précisément le profil vocal je trouve…

    Peut-être que la question qui émerge pour un prochain article, ça serait : comment fait-on pour déterminer quelle CAA choisir?

    Merci beaucoup pour toute votre générosité!
    Servane

    • admin
      22 août 2016 - 20 h 58 min | Permalien

      Je dirais que cela dépend des cas, et de la façon dont on propose les choses. Je mettrais plutôt en place une CAA pour une intelligibilité faible, mais des procédures particulières sans CAA pour un manque d’initiative. Pour les mots phrases, cela dépend bien sûr aussi des capacités cognitives/langagières de la personne et du travail qui a déjà été engagé, mais pourquoi pas un support visuel, à condition qu’il ne reste pas dans le bureau de l’ortho !
      Pour le choix de la CAA, oui c’est prévu !

  • Laisser un commentaire