Archives de la catégorie: Les outils de CAA

Quand choisir un mode de communication alternatif ?

Dans ma pratique avec les enfants que je rencontre, et dans les échanges que j’ai avec des collègues orthophonistes, il y a un questionnement qui se pose très souvent : quand doit-on mettre en place un outil de communication alternative ?

Je vous livre aujourd’hui quelques pistes, fruits de mes réflexions, expériences, formations et supervisions. J’ai choisi de vous les présenter sous forme d’études de cas.

N’hésitez pas à échanger dans les commentaires, si vous avez d’autres cas à soumettre, ou à me solliciter pour un entretien.

Unknown

Cas 1

Il s’agit d’un enfant de 3 ans, qui n’a pas encore bénéficié d’une intervention orthophonique. Il peut dire quelques sons isolés, quelques syllabes. Il vocalise spontanément et peut imiter les sons s’il les possède dans son répertoire.

Cet enfant a un profil vocal 1. Il n’aura pas besoin dans un premier temps d’outil de CAA pour s’exprimer, d’autant plus qu’il est jeune et qu’il n’a jamais eu d’intervention spécifique. L’accent doit être mis sur l’apprentissage de l’oral, et refaire le point dans 6 mois pour apprécier l’évolution de la fonctionnalité de sa communication.

Cas 2

C’est un enfant de 6 ans, qui a une prise en charge depuis 2 ans. Après ces 2 années de travail, il vocalise spontanément quelques mots ou approximations de mots mais peu fréquemment, il imite les gestes mais pas les sons, il se fait comprendre chez lui et se sert seul.

Cet enfant a un profil vocal 5. Il est urgent de mettre en place un outil de CAA, d’une part car son profil vocal ne lui permet pas de se faire comprendre, d’autre part parce qu’il a déjà 6 ans, et enfin car l’intervention spécifique n’a pas suffi à faire apparaître le langage oral.

Cas 3

C’est un enfant de 7 ans, il est suivi depuis 1 an dans une structure qui pratique l’ABA-VB. Avant cela, il a eu une prise en charge orthophonique pendant 1 an, où le PECS a été mis en place. L’enfant utilisait son classeur de façon satisfaisante pour faire des demandes, mais l’établissement a retiré le classeur et travaille uniquement sur l’oral. Après un an dans la structure, il répète correctement des sons mais pas de syllabes, ne fait aucune demande orale spontanée, et a développé des troubles du comportement. Il continue d’utiliser son classeur correctement à la maison.

Cet enfant a un profil vocal 6. Après 2 années d’intervention spécifique, il ne peut se servir de l’oral pour s’exprimer. Il a donc besoin d’un outil de CAA, qu’il maîtrise par ailleurs. Il n’est pas normal de lui avoir supprimer son outil, qui était son moyen d’expression. Le PECS doit être remis à disposition dans tous ses lieux de vie en urgence. Le travail de répétition des sons peut être poursuivi, mais ne doit pas occuper la majorité du temps.

Cas 4

C’est un enfant de 5 ans. Il produit de nombreuses écholalies de mots et de petites phrases qu’il entend quand on s’adresse à lui. Il répète parfois sur consigne. Il présente des troubles de parole mais reste compréhensible. Il ne parle cependant pas spontanément, ni pour demander, ni pour faire des commentaires, et il ne répond pas aux questions. Il a commencé une prise en charge spécifique il y a 6 mois.

Cet enfant a un profil vocal 2. L’intervention doit avoir pour principal objectif de rendre fonctionnelle sa communication, en passant par l’oral, sans mettre en place d’outil de CAA dans un premier temps puisqu’il peut parler et répéter. Les procédures doivent être précises et mises en place dans tous ses lieux de vie.

Cas 5

C’est un adolescent de 13 ans. Il n’a jamais eu de prise en charge spécifique. Il ne produit que des grognements et des cris au niveau vocal, ne répète ni sons ni mots, se fait comprendre par quelques mimiques, gestes, crises, et se sert seul.

Cet adolescent a un profil vocal 6. Il est urgent et impératif de lui proposer un outil de CAA pour qu’il puisse communiquer a minima. L’intervention devra se focaliser sur la mise en place de cet outil, sa généralisation, et son utilisation fonctionnelle dans tous les lieux de vie.

Cas 6

C’est un enfant de 5 ans. Il n’a jamais eu de prise en charge orthophonique. Il dit quelques mots, mais manque de spontanéité car il ne fait presque pas de demandes et aucun commentaire. Il ne peut répéter de mots sur demande, et présente quelques écholalies différées.

Cet enfant présente un profil vocal 3. Comme il n’a jamais eu de prise en charge visant le développement de la communication, l’intervention devra avoir pour objectif d’augmenter le répertoire vocal et les capacités d’imitation. Si après 2-3 mois il n’y a pas d’amélioration, un outil de CAA devrait être mis en place pour lui, pour lui permettre de communiquer de façon fonctionnelle, pour faire des demandes plus fréquentes et plus variées.

Formation PODD

Remarque : Je ne parle ici que des formations que j’ai effectuées, et qui orientent ma pratique auprès de mes patients porteurs de TSA. Je  m’exprime librement, je ne touche pas de commission ;-)

Le mois dernier, j’ai pu assister à la formation aux classeurs PODD : Pragmatic Organisation Dynamic Display.

  • Lieu et date de formation

La formation a eu lieu à Paris les 8 et 9 décembre 2014. Elle se déroulait à l’Institut de Motricité Cérébrale dans le 15ème, et était organisée par Isaac Francophone. Nous étions une vingtaine de participants, surtout des orthophonistes et des mamans d’enfants porteurs du syndrome d’Angelman.

  • Contenu

podd

Les classeurs PODD sont des outils de communication alternative et améliorée. On peut traduire PODD par « tableaux dynamiques à organisation pragmatique ». Le système a été créé par Gayle Porter, orthophoniste australienne travaillant avec des personnes atteintes d’infirmité cérébrale.

– tableaux : les pictogrammes sont présentés dans des tableaux.

– dynamiques : on tourne les pages du classeur pour produire les phrases, en pointant les éléments choisis au fur et à mesure.

– organisation : les mots et les pictogrammes sont disposés de façon systématique, cette organisation est propre aux PODD et constitue sa richesse.

– pragmatique : la pragmatique est l’étude de l’utilisation du langage, et des fonctions de la communication (pour quoi on communique). Le PODD permet une variété d’utilisation des fonctions communicationnelles : pas seulement la demande, mais la description, la question, le refus, l’expression des émotions, etc.

Le PODD est donc une façon d’organiser un vocabulaire complet dans un classeur, avec des onglets. Le but est de proposer un vocabulaire pour une communication permanente et continue, pour un panel élargi de messages différents, sur de multiples sujets, dans tous les environnements.

Le système s’enseigne par immersion (« bain de PODD ») et modélisation (c’est le partenaire qui montre). C’est donc en voyant les personnes de son entourage utiliser le PODD dans des expériences réelles, au quotidien, que la personne va apprendre à utiliser son PODD.

Les classeurs existent sous différents formats, avec plus ou moins de pages, de pictogrammes par page, selon les possibilités cognitives, motrices et sensorielles des utilisateurs.

– s’ouvrant sur une seule page (paysage) : 9, 12, 16 ou 20 pictogrammes par page

PODD 9pp

– s’ouvrant sur une double page (portrait) : 40, 70 ou 100 pictogrammes sur les 2 pages ouvertes

PODD 70pp

– s’ouvrant sur 2 pages + un rabat (portrait) : 36, 48 ou 90 pictogrammes sur les 2 pages ouvertes

PODD 36pp rabat

Le classeur contient des ramifications pragmatiques, des pages avec des catégories, des sous-catégories, des renvois, pour une navigation la plus efficace possible.

Dans ces cas-là, une vidéo, et même plusieurs, valent mieux qu’un long discours !

On voit sur les vidéos l’importance de la modélisation, de la reformulation du partenaire de communication, et également la navigation entre les pages, les arborescences, les renvois grâce aux onglets.

  • Rapport avec ma pratique et utilisation au quotidien

Je trouve cet outil tout simplement génial ! Par rapport au classeur de communication avec le système PECS® que je connais bien, le PODD offre des possibilités de communication beaucoup plus importantes et naturelles. Dès le début, toutes les fonctions du langage sont utilisées (la description, le refus, l’expression des sentiments, des émotions, de l’accord, du désaccord, etc.) alors que seule la demande est enseignée dans le PECS® jusqu’à la phase V.

Je n’ai pas encore eu le temps de me constituer de classeur PODD (il faut d’abord acheter les logiciels, personnaliser les pictogrammes choisis, imprimer, plastifier). Je pense d’ailleurs commencer par des Aided Language Displays (ALD) ou tableaux de langage assisté (TLA). Ce sont des tableaux présentés sur une seule page (avec la même configuration qu’une page PODD), permettant de communiquer à propos d’une activité spécifique, par exemple le bain, le repas, jouer aux bulles de savon, à la poupée. Ils permettent de produire des phrases courtes, avec des noms, des verbes, des adjectifs, des pronoms.

Par exemple, pour l’activité des bulles, on pourrait imaginer intégrer les pictogrammes « moi », « toi », « souffler », « encore », « grande », « petite », « bulle », « éclater », « sauter », les parties du corps, « c’est rigolo », « c’est fini », « regarde »etc. afin de pouvoir produire plein de phrases différentes.

TLA bulles

  • Avis

Mon avis est enthousiaste comme vous le voyez. Je pense que le PODD peut être un outil de plus, vraiment très intéressant. Quelques obstacles cependant :

– les formations sont assez rares pour le moment

– les logiciels pour pouvoir élaborer les classeurs PODD sont plutôt onéreux

– l’élaboration des classeurs en elle-même est assez longue

– les classeurs n’ont pas été tous traduits en français

Néanmoins, c’est réellement un outil qui gagne à être connu, et qui offre des possibilités intéressantes pour des personnes avec des handicaps variés.

  • Liens utiles

Groupe Facebook PODD francophone

Article PODD and Autism en anglais avec les images

Article PODD et autisme en français sans les images (traduction Marielle Lachenal)

Site de Spectronics pour obtenir des informations sur le PODD et acquérir le logiciel

Le MAKATON – partie 2

Après la partie 1 ici, voici la 2ème partie, sur la mise en place du programme Makaton auprès des personnes avec TSA. J’ai par ailleurs la joie de vous annoncer que je suis officiellement devenue formatrice pour Makaton la semaine dernière, j’en suis ravie ! Cependant cet article n’engage que moi, je le rédige en mon lire la suite »

Formation Talking Mats

Remarque : Je ne parle ici que des formations que j’ai effectuées, et qui orientent ma pratique auprès de mes patients porteurs de TSA. Je  m’exprime librement, je ne touche pas de commission ;-) La semaine dernière, c’était formation à l’outil Talking Mats (tapis de discussion en français). En voici un aperçu ! Lieu et lire la suite »

Idéopicto

Auteur Bernard Barrette

Editeur Idéo

Description J’ai acquis le jeu complet en français. Il contient :

boîte de rangement

une boîte de rangement

468 pictos répartis en 14 catégories

468 pictogrammes répartis en 14 catégories + 6 pictogrammes blancs

un feutre effaçable pour écrire sur les pictos vierges

un feutre effaçable pour écrire sur les pictos vierges

un mini support avec sa sacoche, livré avec une lanière et une mousqueton

un mini support avec sa sacoche, livré avec une lanière et une mousqueton

le verso de la sacoche, on peut y ranger des pictos et un feutre effaçable

le verso de la sacoche, on peut y ranger des pictos et le feutre effaçable

2 accroche-portes magnétiques

2 accroche-portes magnétiques recto-verso

(cliquer sur les images pour les voir en plus grand)

Utilisation Ce kit contient une série importante de pictogrammes, ainsi que des accessoires pour aider à structurer le temps et l’espace. Les catégories proposées sont : individus et émotions (41), hygiène – toilettes et mains (26), hygiène – corps et dents (25), alimentation (41), actions (40), actions suite et consignes (43), aspect vestimentaire garçon (26), aspect vestimentaire fille (27), concepts spatiaux (21), sports nature temps (35), maison éducation santé (38), transports sorties activités (34), jeux et autres objets (44) et couleurs formes nombres (27). Tous les pictogrammes sont visibles sur le site Idéo.

Les pictogrammes sont carrés, de dimension 3,7 cm de côté, et ont un fond blanc. Ce sont des dessins avec des contours noirs, et colorés simplement. Le nom est inscrit en bas en minuscule.

Les pictogrammes peuvent s’utiliser de plusieurs façons :

* sur le versant compréhension

Le support visuel qu’offrent les pictos permet de laisser à disposition des informations, des consignes, d’organiser le temps. C’est l’adulte qui prépare les supports, éventuellement avec l’aide de la personne avec TSA.

On peut créer des chaînages :

exemple de séquence, ici le brossage des dents

exemple de séquence, ici le brossage des dents

Ou des plannings visuels :

pour un trajet de l'école à la bibliothèque en bus

exemple pour un trajet de l’école à la bibliothèque en bus

On peut également élaborer le programme de la journée, par exemple à mettre sur le réfrigérateur, ou sur le support IDEOstastik. Il y a de nombreux pictogrammes pour les différentes actions de la journée, les lieux, les personnes qui permettent de détailler l’emploi du temps.

Il est aussi possible de créer des scénarios sociaux avec le jeu complet qui intègre de nombreuses activités, consignes et émotions. Par exemple :

« à la maison, quand j’ai soif, je demande à un adulte de l’eau »

scénario social

scénario social

« à l’école, je travaille, je chuchote, j’écoute l’adulte, je donne la main, je tiens la main, je partage et je ne me dispute pas. Maman et Papa sont contents ».

scénario social

scénario social

* sur le versant expression

Ils sont alors utilisés par la personne avec TSA (ou tout autre handicap entraînant des difficultés de communication). On laisse des pictogrammes à disposition pour que la personne effectue des demandes ou fasse des choix, comme avec un autre support de communication alternative (classeur ou tableau de communication). On peut alors se servir des accessoires pour créer des tableaux de choix.

tableau de choix d'activités

tableau de choix d’activités

tableau de choix d'aliments

tableau de choix d’aliments

Avis Cette banque de pictos est pour moi très intéressante. Tout d’abord, et c’est un de ses avantages, elle est déjà « toute prête ». C’est le concept du créateur : offrir un système prêt à être utiliser, sans voir besoin d’imprimer, découper, plastifier, redécouper, mettre du velcro… Le graphisme est agréable.

Pour les points positifs je retiens donc le côté « tout prêt », les accessoires pratiques pour une utilisation en famille, le grand nombre de pictogrammes de qualité (tant au niveau du graphisme que du matériel) pour un prix finalement pas si important pour autant de pictos.

Pour les points un peu plus négatifs (il en faut, aucun matériel n’est parfait :-)), je pense à certains dessins pas toujours des plus adaptés, par exemple pour les émotions il y a le personnage en entier, et donc on ne voit pas très bien le visage. Comme c’est un matériel québécois, certaines tournures sont bizarres pour nous (aller à la toilette, mettre le cache-cou, mettre la tuque, la causerie). Enfin si on veut les intégrer dans un classeur de communication, ce format aimanté ne me semble pas le plus adapté, car trop lourd si on met beaucoup d’images. Il faut alors les photocopier, découper, plastifier, mettre du velcro…

Prix 115€ pour le jeu complet en français

Voir le site Idéo, la chaîne Youtube et la boutique. Les produits Idéo sont maintenant disponibles chez AFD, avec des frais de port plus avantageux (et une livraison plus rapide !) que lorsqu’on commande sur la boutique Idéo, qui est située au Canada.